Logo du Site

L'avocat du Rap

SCH

SCH

Samedi 14 juillet 2018, veille de finale de coupe du monde, la France se prépare à être championne du monde. Tout le pays est en pleine euphorie. En plus de ça, Il fait beau, c’est férié… tout ce qu’il faut pour une journée parfaite ? Eh bien tu as tort ! Il manque encore un petit détail : SCH vient de poster un teaser bien stylé, qui semble teaser son prochain album, ou bien même quelque chose de plus gros; sérieux, on dirait une pub pour Gomorra. Décidément, les étoiles sont alignées. Très vite, les théoriciens de Twitter se sont lancés dans une enquête qui s’est très vite révélée fructueuse, et pour une fois, cette théorie est plausible. Je vais pas m’attarder sur le sujet, pour faire simple, l’album d’SCH devrait sortir le 20 juillet. Raté les gars, c’était juste un morceau mal mixé pour clasher Lacrim, mais c’est déjà pas mal.

En attendant son grand retour, je vais vous expliquer pourquoi ce type est si génial. Tout d’abord, c’est un rappeur qui ne laisse pas indifférent. Rare sont ceux qui disent “SCH ? Oh j’m’en fous j’écoute pas”. Soit tu l’adules à l’excès, soit tu le méprises sans raison valable. Pour ma part, je suis passé par les deux camps : il y a 1 an, je ne le supportais pas. Aujourd’hui, je suis une grosse groupie. Comme quoi, l’erreur n’est jamais définitive.

 

Au delà de ça, SCH est arrivé tel un ovni. Je pense réellement que, au delà de l’originalité de sa musique, son style vestimentaire a largement contribué à son succès. Il intrigue, et donne vraiment envie de plonger dans son univers. Toujours dans le domaine esthétique, ses clips apportent un  vrai cachet à ses morceaux. Quand je pense au morceau Anarchie, la première chose qui me vient en tête, c’est la baignoire pleine de sang, tout comme Fusil me fait penser à la montagne (et à la chapka d’SCH); avant même de penser aux punchlines, pourtant très lourdes, de ces morceaux. Dans une période où l’on a plus le temps pour regarder les clips, SCH arrive quand même à donner envie de regarder les siens, tout comme PNL dans une certaine mesure. Esthétique visuelle et sonore ne sont plus qu’une seule et même entité. 

Mais là, on parle de tout sauf de musique, qui est quand même l’essentiel, alors, musicalement, il vaut quoi SCH ? 

Eh bien c’est une machine à tubes, voire à classiques, même s’il est encore trop tôt pour le savoir : Fusil, Champs Elysées, A7, Anarchie, Allo Maman, Je la Connais, Dix-neuf, pour les principaux, et ça, en seulement 3 projets. Même si t’aimes pas SCH, tu connais forcément ces morceaux. Le plus étonnant, c’est qu’il innove en continu. Un de ses confrères marseillais est une machine à tube, mais utilise toujours la même recette. Pas SCH.  Certes, il reste dans les même thèmes et instrus, mais trouve toujours de nouveaux flows, de nouveaux concepts...Et il est écoutable en toutes circonstances : pour se lever, pour rouler la nuit, en soirée...Mais le qualifier de faiseur de tubes serait réducteur : il est capable de se confier sur des morceaux moins accessibles comme Allez leur dire

En préparant cette chronique, je suis tombé sur un article de Julien Barret, pour le site du Nouvel Observateur. J’ai du mal avec les médias généralistes qui parlent de rap, mais un passage est vraiment intéressant, même s’il sent légèrement le mépris : “SCH c'est l'art du paradoxe : apparente fragilité et violence extrême, accent marseillais et verlan, androgynie et homophobie, flow survolté et beats aériens, look ultra soigné et dentition pourrie, origine suisse-allemande (SCH pour Schneider) et marseillaise (le rappeur vient d'Aubagne).” Il est vrai qu’SCH est un rappeur à plusieurs facettes, ça se ressent notamment sur A7, son premier projet : la première partie est très sombre, puis se termine avec des morceaux plus axés pop. C’est l’une de ses forces : il arrive à plaire à tout le monde, en proposant un rap très large, ce qui est quand même remarquable au vu de sa courte carrière.  C’est un rappeur complet, qui ne cesse de s’améliorer d’albums en albums. Malgré ça, ce qui revient souvent à son propos, c’est que son premier projet est meilleur que les deux suivants. C’est un problème qui revient souvent, pour beaucoup de rappeurs, d’Ärsenik à Nekfeu, en passant par Damso, et ça se comprend : leurs premiers albums (Quelques gouttes suffisent, Feu, Batterie Faible) sont si forts qu’il est difficile de faire mieux, mais ce n’est pas pour autant que la suite est mauvaise.

 

Lyricalement, c’est bien moins complexe : SCH a encore beaucoup de lacunes, et fait comme tout le monde. Drogues, armes, trahison...C’est en quelque sorte un Lacrim (mdr) 2.0, mais il arrive quand même à se démarquer du lot, avec notamment des punchs bien percutantes, qu’il réutilise plusieurs fois, comme le fameux “se lever pour 1200 c’est insultant”, qui devient “insultant de s’lever pour mile deux, tu te sens pas concerné ? Mile trois aussi” sur l’album suivant. Au delà de ça, sa voix, que l’on aime ou non, est une sorte de piédestal pour ses punchlines. Quand t’écoutes du SCH, tu te sens obligé de faire les backs en prenant la même voix nasillarde que lui. 

 Le prochain album sera décisif, et lui permettra de s’imposer, ou non, sur le long terme dans le game. Espérons que ça marche pour lui, en attendant, tu peux nous suivre sur Twitter pour ne rien manquer @AvocatDuRap. Si tu veux pas, retourne écouter Anarchie, cet album est beaucoup trop sous estimé. 

 

Nos derniers articles

Nos derniers Tweets

Sons recommandés