Logo du Site

L'avocat du Rap

Damso

Damso

 

Avec un rythme d’un projet par an depuis 3 ans, Damso a provoqué un changement incontestable sur la scène du rap francophone. Caractéristique notable de nos chers confrères belges, l’auteur compositeur interprète est arrivé sur le devant de la scène sans se soucier si ce qu’il faisait « rentrait dans les cases » ; sans savoir s’il avait les bonnes influences ou le bon projet pour démarrer. Damso est arrivé avec ce qu’il savait faire, ce qu’il aimait faire. Il chante, il rappe comme bon lui semble et même si tout est réfléchi dans sa musique et sa carrière en générale, Damso semble aller là où son intuition le guide expérimentant ainsi sans cesse de nouvelles sonorités, de nouveaux placements. Artiste confirmé, tête d’affiche incontournable et tournée des zéniths en approche, nous avons décidé de dresser son portrait.

 

Damso a fait ses premiers succès au sein du label 92i et a à ce jour quatre projets à son actif : Salle d’attente sorti en 2014, Batterie faible en 2016 suivi d’Ipséité en 2017 et de Lithopédion en 2018. Sa communication artistique est importante et réfléchie : il se veut présent et proche des personnes qui écoutent sa musique et le supportent. Damso est présent notamment sur Instagram et publie régulièrement des extraits d’une minute. C’est à se demander s’il ne compose pas ces morceaux uniquement pour cette occasion. Malgré le fait que sa communication soit importante, Damso a très peu de clip à son actif. Cependant, ses clips sont toujours originaux et très travaillés.

 

Sa 1ère grosse apparition pour le public français s’est fait grâce au titre Pinocchio en feat avec Booba et Gato sur l’album Nero Nemesis de Booba. La très forte notoriété du Duc a permis à Damso de se faire identifier sur la scène du rap francophone. Même si son succès paraît rapide et fulgurant, Damso est loin d’être un arriviste et on ressent chez lui une maîtrise indubitable de son art. De plus, le succès de Damso a ouvert des portes pour le rap belge. En effet, il a mis en lumière la scène belge, élargissant ainsi le rap francophone, et a permis dans le même la percée de rappeurs belges tels que Caballero et JeanJass, Hamza ou encore Roméo Elvis.

 

 

Son album Batterie faible sorti en 2016 a été un véritable carton car c’est avec celui-ci que Damso a gouté au succès d’estime et commercial. Un des morceaux forts de l’album et qi est le plus resté en tête des auditeurs s'intitule Amnésie. A travers ce morceau, Damso se met a nu devant son public. Il dépeint le suicide d’une femme avec qui il a eu des rapports sexuels. Son premier couplet retranscrit simplement l’histoire avec la femme dont il parle. Le morceau décrit l’évolution de son ressenti, de ses sentiments ; en effet, tout au long des paroles on ressens que Damso a peur d’aimer et d’être aimer. Son insensibilité face à l’amour de cette femme est flagrante. L’artiste dépeint également le refuge qu’il a trouvé dans l’addiction suite au suicide de cette femme. Le deuxième couplet, quant à lui, est un mélange entre son ressenti par rapport à cette femme et les erreurs qu’il a pu faire en étant plus jeune. Damso évoque ainsi son passé difficile dans la rue. Malgré que Damso l’évoque au travers de différentes phases tout au long de son œuvre, il n’en fais pas sa marque de fabrique. Il est le mix parfait entre le rap et la variété car il possède une très forte musicalité maîtrisée mais aborde les thèmes du rap comme la rue, les femmes ou encore les addictions.

 

La plume de Damso est principalement caractérisée par sa vulgarité bien maniée. Il a la faculté de transformer quelque chose de laid en beau et c’est la tout le sens de la création artistique. En effet, comme disait Kant, « L’art ce n’est pas la représentation d’une belle chose mais la belle représentation d’une chose ». A travers son vocabulaire cru, Damso essaie de réveiller en nous des émotions, des sentiments qui sont enfouis mais dont nous n’avions pas forcément conscience et je pense que c’est en cela que son art est intéressant. Il permet de nous révéler à nous-mêmes, de prendre du recul sur certaines de nos réactions, certains de nos sentiments et ainsi réfléchir à la façon dont nous menons notre vie, des choix que nous faisons quotidiennement.

 

Damso c’est une mélancolie, une plume qui décrit les relations homme/femme sans les enjoliver. L’impression que le temps lui échappe, qu’il n’arrive pas à profiter du temps, des vraies choses de la vie est un sentiment récurent tout au long de son œuvre. La musique est le miroir de sa vie, son évolution. Ceci se constate à travers les morceaux Peur d’être sobre ou encore Peur d’être père sur Ipséité. De plus, on peut noter que l’un des nombreux thèmes présent en filigrane tout au long de son œuvre est également la lâcheté de l’homme face aux choix qu’il doit faire. De manière très concise, l’être humain assume rarement ses mauvais choix et rejette majoritairement la faute sur autrui : « Ce n’est pas de ma faute ».

 

Damso c’est donc une mélancolie notable mais pas seulement. En effet, il est aussi capable de faire des bangers et là est aussi sa force car même si les thèmes abordés dans la majorité de ses sons ne peuvent pas plaire à tout le monde, il est doté de la capacité d’étendre son art à un très large public, voire même un public pas forcément concerné par le rap francophone, grâce à la musicalité qu’il apporte dans ces morceaux. Le morceau Débrouillard en est l’exemple parfait à mon sens.

 

 

Le rap de Damso est teinté d’une musicalité qui s’affirme de plus en plus. Le chant a toujours été présent dans ses musiques mais ce n’est pas forcément grâce à cela que le rappeur a réussi à toucher un plus large public car, même si le rappeur ne kick pas véritablement sur l’ensemble de ses morceaux, les thèmes qu’il aborde ne sont pas tellement ouverts ni accessibles. Véritable recherche dans les prods, Damso apporte une importance capitale dans les mixes. Son perfectionnisme porte ses fruits car on ressens une symbiose parfaite entre sa voix et l’instru. Damso semble donc devenir, au fil de ses projets, irréprochable techniquement ce qui lui permet d’aborder des thèmes que peu d’artistes se permettraient comme le morceau Julien sur son dernier projet Lithopédion. Sur ce morceau, la prise de risque est énorme car il ne blâme pas la pédophilie, n’en fait pas l’apologie non plus, mais l’explique et en dresse un portrait. Ce morceau, à l’instar de l’œuvre de Damso, a de nombreux sens et on a besoin de multiples écoutes pour comprendre tout ce que l’artiste a voulu dire. A travers Julien, Damso dépeint l’incapacité à se formater à notre société et l’exclusion sociale dont sont sujets les pédophiles.

 

Comme tout rappeur qui marche, Damso a eu aussi le droit à sa polémique. En effet, des associations féministes l’ont pris en grippe concernant le morceau Humain, qui devait être l'hymne pour les diables rouges. Ces associations refusaient catégoriquement que le rappeur soit le compositeur de l’hymne sous prétexte que ses morceaux véhiculent des propos sexistes, misogynes, dégradant ainsi l’image de la femme. Au final, ces associations féministes ont eu gain de cause, ce qui est malheureux quand on écoute le titre Humain qui est un réel morceau fédérateur. Décidément, « moins t’en sais : plus tu parles » semble être la devise des détracteurs de notre rap français. 

Pour conclure, il est intéressant de noter que le but de Damso n’est pas la recherche du bonheur mais de la sérénité. A l’inverse d’un grand nombre de rappeur, le rap pour Damso semble être un moyen comme un autre pour s’en sortir dans la vie. Vrai mélomane et amoureux incontestable de la musique, il est évident que ce sont ses influences multiples et variées qui lui permettent de proposer autre chose que ce qui se fait actuellement dans le rap.

 

Son dernier projet Lithopédion est sorti il y a quelques semaines, qu’en penses-tu ? Si t'as aimé cet article, n’hésite pas à le partager sur les réseaux et à nous suivre sur Twitter @AvocatDuRap pour ne louper aucun de nos prochains contenus.

Nos derniers articles

Nos derniers Tweets

Sons recommandés