Logo du Site

L'avocat du Rap

Brav

Brav

 

Si je procédais comme d’ordinaire, j’écrirais : « Brav, originaire du Havre, est un rappeur appartenant au célèbre label indépendant Din Records ». Mais dire cela, serait comme enfermer dans une case un artiste qui souhaite dépasser toutes les frontières car, « même les gens de paix ont des limites, les nôtres sont derrières nous ».  Certes Brav est un rappeur et il se revendique comme tel mais la musique qu’il nous offre dépasse le cadre rapologique. Il est l’illustration parfaite de l’ouverture du rap sur les autres courants musicaux depuis ces dernières années puisque notre artiste mélange rap et chant de par ses influences multiples et ses interprétations. Brav c’est un grain de voix unique, des discours touchants, émouvants, sincères.

Brav c’est un mélange de partage, d’amour, d’espoir, de passion, de haine, de colère, de révolte et de douceur. Il est un « révolté qui fait du rap ». C’est pourquoi aujourd’hui nous souhaitons revenir sur son parcours afin de comprendre son art et diffuser le message qu’il souhaite nous transmettre.

Brav débuta sa carrière dans la musique au sein du groupe Bouchées Doubles qu’il formait avec un autre rappeur du label Din Records : Tiers-Monde. Ensemble, ils ont sorti 3 projets : Quand Ruines et Rimes s’rallient en 2003, Matière grise en 2004 puis Apartheid en 2006. 

Il est impossible de faire un résumé succinct sur les 3 projets que le groupe Bouchées Doubles a sorti. Néanmoins, j’aimerai mettre en lumière le projet que j’ai le plus écouté et qui m’a, par résultante, le plus marqué. Il s’agit de l’album Apartheid qui, au travers de 14 titres, dénonce un véritable apartheid existant toujours dans l’esprit et les pensées de nombreuses personnes. Cet album parle des difficultés d’insertion que les personnes possédant une double culture peuvent rencontrer au cours de leur vie. Brav et Tiers-Monde dénoncent ainsi l’existence d’un communautarisme et d’un repli sur soi des personnes alimentant l’existence de cet apartheid au lieu de se remettre en question. La volonté de Brav de faire évoluer les mentalités et changer la société est déjà présente au commencement de sa carrière.

Un parmi les nombreux morceaux qui m’ont marqué sur ce projet est Nuit Blanche. A travers une accumulation de questions, Brav exprime sa douleur, sa souffrance, sa peine, sa haine, sa vie de famille et sa jeunesse particulièrement difficile. Il évoque la différence, le racisme anti blanc qui peut exister dans les quartiers. Il explique sa position « entre-deux » : « que pour mes potes je ne suis qu’un blanc au neige mais pour les porcs un traître qui traine avec une bande de nègres ». Déjà à cette époque, Brav dénonce le fait que le peuple est en déni total de la vérité. La question concluant le morceau : « Est-ce que je leur dit ou est-ce que j’attends encore un peu ? » démontre le fait que les gens ne semblent pas encore prêts à entendre ces vérités.  

 

 

 

A la suite de Bouchées Doubles, Brav semble lassé du monde de la musique. En effet, son premier projet en solo, Sous France sorti le 26 janvier 2015, est en réalité la deuxième version de l’album. Lors de la première version, l’artiste ne se sentait plus capable de continuer dans le monde de la musique pour de nombreuses raisons dont on ne connaît pas véritablement la nature. Chaque morceau de cette première version a été donné à plusieurs artistes dont l’EP Made In pour Médine, le titre Et Tu Montes pour Tiers-Monde mais également Post Scriptum  qu’il a donné au rappeur Kery James pour son album Dernier MC. Cependant, le lien existant entre notre artiste et la musique étant indéfectible, Brav se remit en selle et nous offre donc, le 26 janvier 2015, un projet dense, complet, puissant dont le fil rouge est le célèbre film Fight Club réalisé par David Fincher, signe de la qualité du projet tant le film est riche et marquant. Notre artiste puise son inspiration dans les injustices et inégalités, les problèmes économiques et sociaux qui touchent le peuple. Brav c’est une voix criant ce que les grandes puissances ne veulent pas voir. 

Lorsque l’artiste évoque cette période de vide puis de reprise, il revendique que ce qui l’a poussé à reprendre la musique, c’est l’amour de son public et le soutien qu’il lui apporte au quotidien : « Heureusement que c’est le public qui me booste ou je serais mort en 2006 au dernier bum-al de Bouchées Doubles ».

Un an plus tard, l’artiste sort son deuxième projet solo Error 404 pendant lequel il traite les problèmes humains sous toutes ses formes. Il dénonce le gouffre que creusent les réseaux sociaux entre les gens : au lieu de nous rassembler, ils nous divisent. « Même si un homme azerty en vaut deux ce n’est pas le pire : c’est d’être connecté au monde entier sans rien avoir à lui dire».

De nombreux morceaux figurant sur le projet méritent d’être exposés tel que Revolving qui est une critique ouverte et directe envers notre société en dénonçant ses dérives. De plus, il dépeint les conditions de vie difficiles lorsque l’on habite en cité. Brav nous fait part de ses peurs, de ses appréhension quant à l’évolution de l’espèce humaine : « Je crois que plus on devient des Hommes et plus on perd notre humanité ».

 

 

Bagarrer, morceau avec tiers-monde, qui se veut comme le morceau fédérateur de l’album Error 404. Tout au long du morceau Brav nous offre une interprétation chantée. Ainsi, il transmet le message suivant à ses auditeurs : il faut se battre pour obtenir ce que l’on souhaite posséder. Le fait qu’il soit en featuring avec Tiers-Monde nous prouve que l’alchimie entre les deux artistes est toujours présente. Ensemble, ils dressent un sombre portrait de notre société mais nous incite tout de même de continuer à nous battre. Ce morceau illustre le paradoxe que l’on peut retrouver dans l’ensemble de l’œuvre de Brav puisqu’il mélange la tristesse et l’espoir ; les échecs essuyés et les victoires à venir.

 

Enfin, Post Scriptum est, pour moi,  l’un des morceaux le plus sincère, authentique que Brav nous a offert lors de sa carrière. Il sonne comme un au revoir voire un adieu : « c’est peut-être la dernière fois qu’on m’entend ». Il fait, à travers ses lignes, un résumé de sa carrière dans la musique. Il exprime ainsi son rôle d’exutoire mais également sa volonté de faire de « la musique un moyen de nous libérer », de contribuer à l’évolution des mentalités de notre pays. A travers une interprétation émouvante, Brav nous fait part des nombreux sacrifices qu’il a faits pour la musique. La dernière partie du morceau est chantée et Brav dénonce le fait que tellement de gens refusent de voir la vérité qu’ils occultent la vision de ceux qui souhaitent la connaître : « Résignés, les autres ferment les yeux, sont borgnes ».

 

Brav a un talent indéniable quant au maniement de la langue française offrant ainsi à ses auditeurs un rap riche de belles paroles tout en restant simple d’accès car notre artiste se veut comme représentant du peuple. Cependant, à l’instar de ses clips, la musique de Brav bénéficie de la particularité de posséder divers degrés de compréhension, différentes interprétations qui seront toutes plausibles ce qui explique le fait que le public de Brav soit aussi diversifié : nous pouvons y retrouver de jeunes adultes comme des pères et mères de familles mais, toutes ces personnes auront un point commun : ils ne trouvent pas véritablement leur place au sein de notre société. 

Le 26 février 2018, Brav offre à son public un nouvel EP de 10 titres Nous Sommes. Ce projet est magnifique rien que dans sa conception car c’est grâce au soutien inconditionnel du public de notre artiste que ce projet a pu être réalisé. En effet, Brav a lancé une campagne de financement sur le site Ulule dont l’objectif était de récolter 18 000 euros ce qui a été atteint en 2 jours à peine. A la fin de sa campagne, grâce au soutien financier de son public, Brav a pu récolter 51 108 euros pour son projet. Cette solidarité massive autour de l’artiste illustre sa réelle proximité avec son public tant par ses paroles que par son attitude ; le statut de « représentant du peuple » semble visiblement lui convenir parfaitement. Outre cette campagne de financement, sa proximité avec son public s’illustre également à travers des nombreux concerts qu’il a effectués dans les appartements des personnes souhaitant le rencontrer et partager un véritable moment privilégier avec notre artiste.

 

Si tu ne connaissais pas Brav avant de lire cet article, qu’attends-tu pour aller te faire toute sa discographie ? Après avoir fait ça, n’hésite pas à nous dire ce que tu en penses sur les réseaux sociaux et à nous suivre sur Twitter @avocatdurap pour ne louper aucun de nos merveilleux projets en préparation !

 

Nos derniers articles

Nos derniers Tweets

Sons recommandés